Browse Prior Art Database

Procede et installation de transfert d'un melange gzeux dans un fluide liquide

IP.com Disclosure Number: IPCOM000012609D
Publication Date: 2003-May-19
Document File: 2 page(s) / 53K

Publishing Venue

The IP.com Prior Art Database

Abstract

Un appareil de transfert d'un gaz dans un liquide comprenant un moyen de fourniture de gaz couple a un mobile d'agitation est ameliore par adjonction de chicanes presenant une disposition specifique

This text was extracted from a Microsoft Word document.
This is the abbreviated version, containing approximately 50% of the total text.

Procédé et installation de transfert d’un mélange gazeux

dans un fluide liquide

De nombreuses réactions ou traitements chimiques mettent en œuvre une étape nécessitant une mise en contact intime entre une phase gazeuse et un fluide liquide pouvant lui-même contenir une suspension solide. Dans l’immense majorité des cas, le gaz contenu dans la phase gazeuse qui doit être dissout dans le fluide liquide a une solubilité faible ou modérée, et de ce fait, il est nécessaire de « forcer » le transfert en vue d’obtenir une vitesse acceptable, compatible avec les impératifs économiques (temps de séjour, dimension de la taille des équipements, …). Ceci peut être obtenu par exemple, par augmentation de la pression du gaz pour bénéficier de l’augmentation de la solubilité du gaz dans le fluide liquide due au coefficient de Henry, par brassage mécanique permettant une augmentation de la surface de contact gaz / liquide, … mais ceci au prix d’une consommation d’énergie qui pèse sensiblement sur l’économie du procédé.

D’innombrables dispositifs de contact gaz – liquide ont été décrits dans l’art antérieur, parmi lesquels, les contacteurs mécaniques occupent une place de choix. Ces derniers sont composés généralement d’un système d’apport de gaz couplé à un mobile d’agitation de la phase liquide. On peut obtenir ainsi un double effet, d’une part la dispersion en fines bulles de la phase gazeuse au sein du liquide, ce qui favorise sa vitesse de dissolution, et d’autre part une dispersion de la phase liquide enrichie en gaz solubilisé, dans le reste de la phase liquide. Les équipements utilisés par l’homme de l’art à cet effet sont extrêmement divers, on peut citer par exemple, les hélices, les rotors, les turbines, … L’effet d’entraînement du fluide liquide par le mobile d’agitation se manifeste par une mise en rotation dans un plan sensiblement perpendiculaire à l’axe du mobile avec formation d’un « vortex » ce qui obère l’efficacité de l’homogénéisation de la phase liquide. Pour palier cet inconvénient, on installe très souvent des chicanes, généralement constituées de surfaces planes orientées de telle sorte que le plan moyen de la chicane contient l’axe du mobile. A titre d’illustration on pourra se référer avec avantage à la rubrique : Agitation, Mélange « Techniques de l’Ingénieur » A 5900 et suivantes. Si le dispositif de contact gaz – liquide est installé dans une enceinte confinée, par exemple un réacteur cylindrique, on peut fixer ces chicanes sur les parois de ce dernier. Une variante consiste à entourer la zone de contact par un tube plongeant sensiblement cylindrique, les chicanes étant alors installées à la sortie inférieure du tube. Un tel dispositif est par exemple décrit dans le brevet US Re 32,562 délivré le 15 décembre 1987 au nom de l’Union Carbide Corp. Très peu de dispositifs de chicanes se départiss...