Browse Prior Art Database

Couplage d'un generateur d'azote et d'air oxygene avec un bioreacteur a membrane dans le traitement biologique d'eaux residuaires

IP.com Disclosure Number: IPCOM000012610D
Publication Date: 2003-May-19
Document File: 2 page(s) / 58K

Publishing Venue

The IP.com Prior Art Database

Abstract

Afin d'amerliorer le decolmatage des bioreacteurs a membranes au cours de leur utilisation pour le traitement biologique d'eaux residuaires, de l'azote sous pression est injecte dans leur module membranaire.

This text was extracted from a Microsoft Word document.
At least one non-text object (such as an image or picture) has been suppressed.
This is the abbreviated version, containing approximately 53% of the total text.

Couplage d’un générateur d’azote et d’air enrichi en oxygène avec un bio-réacteur a membrane dans le traitement biologique d’eaux résiduaires

Depuis environ cinq ans, les technologies de bio-réacteurs à membrane connaissent un développement industriel rapide dans le domaine du traitement biologique des eaux résiduaires.

Deux grands types de technologie coexistent :

-         les membranes à fibres creuses immergées dans le bassin  de boues activées.

-         Les modules constitués de membranes planes, fonctionnant selon le principe de l’ultrafiltration tangentielle, intégrés dans une boucle externe sur le réacteur biologique.

Dans la technologie des membranes planes d’ultrafiltration, il faut impérativement compenser les phénomènes de colmatage par les particules (solides, colloïdes, …) contenues dans l’eau à traiter. En effet, ces phénomènes sont responsables de l’apparition d’un débit de filtration limite et de la nécessité d’augmenter la pression d’eau, généralement comprise entre 2 et 5 bars, en entrée. Pour que les membranes fonctionnent de façon optimale, la vitesse tangentielle du fluide à traiter doit être comprise entre 1 et 2 ms –1.

Par ailleurs, le remplacement du clarificateur conventionnel par un module de membranes dans une station biologique permet d’augmenter sensiblement la concentration en biomasse (5 à 7g/l avec un clarificateur, 20 g/l avec un bio-réacteur à membrane), ainsi que la vitesse de biodégradation de la pollution carbonée. Dans cette situation, l’apport d’oxygène par dissolution de gaz dans le bassin de boues activées peut devenir le facteur limitant les capacités de traitement de la station.

Afin de dé-colmater les membranes, il a déjà été proposé de laver périodiquement les membranes par de l’eau, contenant ou non un agent tensio-actif, à chaud ou à froid (FR 2 201 110). Toutefois, la mise en œuvre de cette solution nécessite l’arrêt de la partie filtration de l’installation. Par ailleurs, les membranes risquent d’être dégradées par des lavages répétés avec des agents chimiques. Il a été également proposé d’injecter de l’air sous pression dans l’eau circulant dans la boucle externe (E...