Browse Prior Art Database

Geloses permettant d'augmenter les taux de recuperation en micro-organismes

IP.com Disclosure Number: IPCOM000020379D
Publication Date: 2003-Nov-18
Document File: 6 page(s) / 88K

Publishing Venue

The IP.com Prior Art Database

This text was extracted from a Microsoft Word document.
This is the abbreviated version, containing approximately 24% of the total text.

Géloses permettant d’augmenter les taux de récupération en micro-organismes

La qualité bactériologique des gaz et de l’air en particulier prend une importance de plus en plus grande. Des appareils existent sur le marché qui permettent de contrôler la qualité micro biologique de l’air. Ces appareils sont utilisés à l’hôpital, dans les laboratoires pharmaceutiques, les industries agroalimentaires et les salles blanches (industrie électronique par exemple).

Le principe de ces appareils est d’aspirer l’air ambiant à un débit fixe pendant un temps donné. Le gaz prélevé passe au travers d’un crible et est projeté à une vitesse déterminée sur une boîte de Pétri contenant de la gélose. Les particules et bactéries viennent s’impacter sur cette gélose. Après incubation à l’étuve de la boîte de pétri,  on compte le nombre d’unités formant colonies (UFC) et on peut réaliser une identification des germes présents.

Par un coefficient de correction et en rapportant au volume prélevé, on peut estimer un nombre de UFC/m 3 de gaz prélevé.

Cependant, ces bactéries présentes dans l’air ou dans les gaz, sont dans des conditions non favorables à leur croissance et peuvent être plus ou moins stressées.

Une bactérie est dite « stressée » quand elle subit des conditions physiques ou chimiques subléthales pouvant porter atteinte à son intégrité cellulaire et à sa physiologie. La bactérie, viable mais altérée, peut ainsi perdre la capacité à former des colonies sur un milieu sélectif. Cependant, les cellules endommagées sont capables de réparer leurs lésions et de croître après suppression du stress. La récupération des germes après un stress dépend donc fortement des conditions de culture.

La littérature met en évidence les exigences des microorganismes stressés et l’importance de déterminer les conditions optimales de recouvrement pour dénombrer un maximum de cellules viables après des conditions de manipulations stressantes.

Le stress bactérien

Le stress physiologique est défini comme la conséquence physiologique et structurale résultant d’une exposition à des conditions environnementales subléthales blessantes et/ou à des agents chimiques.

Les cellules stressées sont incapables de croître dans des conditions sélectives recommandées pour le dénombrement des cellules non stressées.

Pour estimer le nombre de cellules viables exposées au stress, des milieux non sélectifs doivent donc être utilisés.

De nombreuses études montrent qu’une proportion significative de bactéries peut exister dans un état physiologique particulier appelé « stress », qui ne leur permet plus de se développer sur des milieux sélectifs ou trop riches.

Ces atteintes vont se traduire par la modification des caractéristiques bactériennes, notamment :

®       la dégradation du matériel cellulaire,

®       une hypersensibilité à un stress secondaire dû la plupart du temps à certains agents sé...