Browse Prior Art Database

Organe de securite pour des blocs bruleurs

IP.com Disclosure Number: IPCOM000031403D
Publication Date: 2004-Sep-23
Document File: 1 page(s) / 9K

Publishing Venue

The IP.com Prior Art Database

This text was extracted from a Microsoft Word document.
This is the abbreviated version, containing approximately 83% of the total text.

ORGANE DE SECURITE POUR DES BLOCS BRULEURS

 

Les moyens de contrôle sur des brûleurs sont couramment effectués à l’aide de contrôleur optique type cellule U.V. Ils peuvent être également assurés par des organes dédiés, par exemple un allumeur pilote, eux-mêmes contrôlés par ionisation. Ces contrôleurs ont pour vocation d’informer lors de l’extinction involontaire d’une flamme. Cependant la détérioration de la structure du brûleur, voire sa destruction, ne s’accompagne pas forcément de l’arrêt de la flamme.

Il apparaît qu’en oxycombustion, une déviation de la flamme se traduit très souvent par la destruction du bloc ouvreau. La flamme n’est pas arrêtée car aucun signal ne rend compte de ce phénomène. La rapidité de cette destruction peut entraîner l’endommagement de l’installation du client. Il faut donc permettre à l’installation de rendre compte de ce phénomène et d’entraîner l’arrêt du brûleur incriminé.

Afin de résoudre ce problème, il est proposé de noyer un fil conducteur dans un bloc ouvreau comme sur le schéma joint en annexe. Ce fil entoure la cavité du bloc et est situé de préférence du côté de la face chaude. Ce fil est noyé à une distance de l’ordre de 20 à 30 mm de l’intérieur et éloigné de l’ordre de 20 à 30 mm de la face exposée à la plus haute température. Lors de la destruction du bloc ouvreau, le fil conducteur est brisé et un changement apparaît dans la mesure du courant...