Browse Prior Art Database

REDUCTION DE L’EXCES DE BOUES BIOLOGIQUES PAR L'EMPLOI DE MICROORGANISMES THERMOPHILIQUES SPECIFIQUES AUX GRAISSES

IP.com Disclosure Number: IPCOM000033919D
Publication Date: 2005-Jan-04
Document File: 2 page(s) / 12K

Publishing Venue

The IP.com Prior Art Database

This text was extracted from a Microsoft Word document.
This is the abbreviated version, containing approximately 52% of the total text.

REDUCTION DE L’EXCES DE BOUES BIOLOGIQUES PAR l'emploi de microorganismes thermophiliques spécifiques aux graisses

Généralités

Aujourd’hui la production de boues résiduaires en France est d’environ 850 000 tonnes de matières sèches. A l’horizon 2005, on estime la production de boues à 1 300 000 tonnes, une évolution comparable devrait être observée dans la plupart des pays européens.

Il existe actuellement différentes techniques pour éliminer ces boues. La valorisation agricole reste la plus économique et la plus employée. Cependant, nombre de critères de qualité et de respect des normes sur les micropolluants et les métaux lourds tendent à réduire cette utilisation.

L’incinération avec mise en décharge des résidus est également une voie très employée aujourd’hui. Mais les difficultés à implanter de nouveaux incinérateurs freinent le développement de cette technique.

Parmi les techniques émergentes, on peut citer l’oxydation humide qui consiste en une oxydation plus ou moins poussée des constituants organiques. Cette oxydation est réalisée en phase aqueuse en présence d’air ou d’oxygène sous une pression comprise entre 20 et 120 bar et à une température généralement comprise entre 150 et 300 °C. Suivant les cas, un catalyseur peut être utilisé.

Cette technique  permet d’obtenir un résidu solide ne représentant qu’environ 5% du volume de boues de départ et comportant suivant les conditions d’oxydation choisies moins de 5% de composés organiques. Les métaux se retrouvent également sous forme difficilement léxiviable.

Parmi les inconvénients de cette technique on peut citer :

- Son coût, très proche de celui de l’incinération

- Le suivi et la sécurité lié au fonctionnement d’une installation sous pression d’air ou d'oxygène.

- Les problèmes de corrosion, particulièrement pour les boues industrielles pouvant contenir des quantités importantes dechlorure ou autres halogénures.

Une autre technique consiste à une digestion aérobie également appelée stabilisation des boues par de l'air ou de l'oxygène. Cette technique permet une faible réduction des boues extraites. Le temps de digestion dépend de la température. L'utilisation de microorganismes thermophiliques permet de réduire le temps de digestion et d'augmenter légèrement le rendement de l'opération.

Objectif de l'inven...