Dismiss
InnovationQ will be updated on Sunday, Oct. 22, from 10am ET - noon. You may experience brief service interruptions during that time.
Browse Prior Art Database

Mélange gazeux NO/CO2 améliorant la cicatrisation des plaies

IP.com Disclosure Number: IPCOM000128931D
Publication Date: 2005-Sep-21
Document File: 2 page(s) / 29K

Publishing Venue

The IP.com Prior Art Database

This text was extracted from a Microsoft Word document.
This is the abbreviated version, containing approximately 52% of the total text.

Mélange gazeux NO/CO2 améliorant la cicatrisation des plaies

La cicatrisation d’une plaie est un phénomène biologique naturel. Les tissus humains et animaux sont capables de réparer des lésions localisées par des processus de réparation et de régénération qui leur sont propres, tels une activation du système vasculaire et du tissu conjonctif  avec induction de réactions de défense, ce qui aboutira à une cicatrisation avec ré-épithélialisation du tissu de remplacement.

Les différentes étapes de la réparation tissulaire comprennent successivement une phase inflammatoire comprenant deux vagues cellulaires (la première à polynucléaires neutrophiles et macrophages, la seconde essentiellement lymphoïde ; une phase de granulation avec néo-angiogénèse arborescente migration et prolifération de fibroblastes, synthèse de collagène ; et enfin une phase de remodelage tissulaire aboutissant à la cicatrice.

Cette capacité reste cependant soumise à de nombreuses variations. Ainsi la rapidité et la qualité de la cicatrisation d’une plaie dépendent de l’état général de l’organisme atteint, qui conditionne sa force de résistance plus ou moins prononcée, de l’étiologie de la lésion, de l’état et de la localisation de la plaie, ainsi que de la survenue ou de l’absence d’une infection.

Les difficultés dans le soin des plaies croissent avec l’importance de la perte de tissus et le degré d’atteinte de l’état général du patient. Il n’est pas rare que la cicatrisation difficile de telles lésions pose des problèmes et représente une lourde astreinte pour le patient et le médecin traitant.

L’invention porte alors sur une utilisation du mélange de monoxyde d’azote (NO) et de dioxyde de carbone (CO2) pour fabriquer tout ou partie d’un médi...