Browse Prior Art Database

Procédé et Dispositif pour le traitement des fils PET

IP.com Disclosure Number: IPCOM000208030D
Publication Date: 2011-Jun-20
Document File: 9 page(s) / 65K

Publishing Venue

The IP.com Prior Art Database

This text was extracted from a Microsoft Word document.
At least one non-text object (such as an image or picture) has been suppressed.
This is the abbreviated version, containing approximately 15% of the total text.

Procédé et Dispositif pour le traitement des fils PET

La présente publication s’intéresse aux possibilités d’amélioration de la résistance à l’hydrolyse des fils de PET.

A l’heure actuelle, des solutions «gourmandes» en produits chimiques et en énergie sont répertoriées. La proposition de solutions plus simples et plus respectueuses serait alors extrêmement avantageuse.

Rappelons que le fil PET (polyéthylène téréphtalate) est connu pour ses bonnes propriétés mécaniques (haute ténacité, module d’Young élevé, résistance à la fatigue, matériau léger), ainsi que sa résistance à l’abrasion.

Ce fil constitué de plusieurs filaments, sert de renfort dans des matrices polymériques, entre autres élastomériques. Dans ce cas, le fil est placé en sandwich dans la matrice polymère.

La transition vitreuse de ce polymère apparaît à 80°C et son point de fusion est à environ 250°C.

La principale problématique qui se présente pour sa mise en œuvre est sa mauvaise stabilité en présence d’humidité. En effet, lorsque le fil est en contact avec la vapeur d’eau, le matériau s’hydrolyse entraînant ainsi la rupture de sa chaîne polymère et la perte de ses propriétés mécaniques. Par ailleurs, quand le composite fil/matrice polymère est en contact avec des molécules d’eau, ces dernières diffusent à travers le polymère jusqu’à atteindre le fil PET. Le fil étant normalement dépourvu de couches protectrices contre des espèces chimiques comme les molécules d’eau, celles-ci pénètrent et diffusent dans le fil, ayant pour conséquence la perte des propriétés mécaniques du fil, et par conséquent celles du composite.

Au jour d’aujourd’hui, peu d’articles scientifiques font état de solutions rapides et simples à appliquer afin de résoudre cette problématique.

Le brevet US-6,974,846 revendique dans le cas d’un polyester, spécifiquement le polybutylène téréphtalate, l’ajout en solution d’un composé boré associé à un composé époxy pour améliorer la résistance à l’hydrolyse de ce dernier. La résistance à l’hydrolyse n’a été testée que sur une durée maximale de 288 heures.

L’ajout d’autres composés à base d’époxy peut être imaginé. Mais leur utilisation pourrait modifier la rhéologie du milieu, pouvant amener à modifier la formulation de départ et par ailleurs le procédé de fabrication, ce qui n’est pas acceptable en pratique.

Le brevet EP-194,542 revendique l’amélioration de la résistance à la chaleur d’une fibre PET dans un composite fil/caoutchouc ainsi que les résistances à l’hydrolyse et à l’aminolyse quand ce fil est contact, respectivement, avec les molécules d’eau et les amines du caoutchouc.

Pour améliorer ces propriétés, trois solutions sont évoquées :

-      Le contact de la fibre PET avec un solvant capable de gonfler cette résine polymère. Des solvants tels que le nitrobenzène, ou des acides tels que...