Browse Prior Art Database

Dispositif de vase communiquant pour réservoirs cryogéniques appliqué au transport frigorifique

IP.com Disclosure Number: IPCOM000212595D
Publication Date: 2011-Nov-17
Document File: 4 page(s) / 75K

Publishing Venue

The IP.com Prior Art Database

This text was extracted from a Microsoft Word document.
At least one non-text object (such as an image or picture) has been suppressed.
This is the abbreviated version, containing approximately 49% of the total text.

Dispositif de vase communiquant pour réservoirs cryogéniques appliqué au transport frigorifique 

On s’intéresse dans ce qui suit aux  réservoirs cryogéniques destinés à l’alimentation d’un système frigorifique par injection indirecte d’azote liquide pour des véhicules de transport en température contrôlée, tel que des semi-remorques de transport frigorifique.

Ce système frigorifique est  traditionnellement composé  de deux grands sous ensembles.

ü  D’un module échangeurs constitué de tube en cuivre disposé en spires pour dissiper les frigories extraites au fluide cryogénique, de ventilateurs pour favoriser l’échange thermique en créant un courant à travers l’échangeur, entrainant l’air ainsi refroidi dans l’ensemble du volume de la caisse à tempérer.

ü  De un ou plusieurs réservoirs cryogéniques qui vont constituer le moteur et la source de froid du dispositif pour l’alimentation des échangeurs en azote liquide.

La semi-remorque équipée de ce dispositif de refroidissement cryogénique est équipée par exemple de 2 réservoirs (par exemple  ayant une capacité de 495L d’azote liquide chacun, soit 990L). Les réservoirs sont disposés et fixés sur le châssis remorque de part et d’autre de la poutre centrale.

Compte tenu du volume (ex. 90m3) important de la caisse isotherme à refroidir de la température ambiante jusqu’à par exemple  -20°C et pour assurer le maintien à la température de consigne (-20°) pendant une journée normale de fonctionnement de 10H, les réservoirs doivent être remplis au maximum de leur capacité.

Le remplissage est effectué avec un connecteur spécifique. Le fluide cryogénique est transféré jusqu’au réservoir par une tuyauterie isolée. Elle se divise en T pour permettre le remplissage de chaque réservoir.

Une tuyauterie isolée relie la phase gazeuse de chaque réservoir pour assurer l’équipression, elle est également utilisée comme trop plein pour détecter le niveau de remplissage maximum.

Chaque réservoir est équipé d’une mesure de niveau. Cette mesure est un delta de pression, qui est représentatif de la hauteur hydrostatique du fluide dans le réservoir. L’afficheur délivre une information en pourcentage.

Chaque réservoir possède sa canalisation de soutirage d’azote liquide raccordée sur une canalisation commune qui alimente les différents circuits de distribution d’azote liquide.

Rappelons le contexte : Au cours du transfert de fluide cryogénique dans les réservoirs, il apparait une différence importante sur la progression du niveau d’azote liquide dans les deux cuves. Pour exemple (voir figure 1 ci-dessous), à la fin du remplissage le réservoir R1 affiche une valeur de 91% alors que le réservoir de R2 affiche 54%.

Quand le niveau de liquide à l’intérieur d’un des réservoirs atteint le tube de trop plein, ceci provoque l’arrêt du transfert. L’équilibrage du niveau des phases liquides ne se fait...