Dismiss
InnovationQ will be updated on Sunday, Oct. 22, from 10am ET - noon. You may experience brief service interruptions during that time.
Browse Prior Art Database

Remote Pushback

IP.com Disclosure Number: IPCOM000213465D
Publication Date: 2011-Dec-15
Document File: 5 page(s) / 30K

Publishing Venue

The IP.com Prior Art Database

Abstract

The invention comes under the field of the devices of motorization of aircraft. It more particularly relates to the means of moving an aircraft during its ground maneuvers, in particular at the time of the phase of embossing of the aircraft (“pushback”) in the vicinity of the air terminal, during which, the aircraft evolves mainly in step back.

This text was extracted from a PDF file.
This is the abbreviated version, containing approximately 31% of the total text.

Page 01 of 5

  Dispositif de repoussage pour un aéronef équipé d'un système électrique ou hydraulique de roulage automne réacteurs éteints

   L'invention relève du domaine des dispositifs de motorisation d'aéronef. Elle concerne plus particulièrement les moyens de déplacer un aéronef lors de ses évolutions au sol, notamment lors de la phase de repoussage de l'aéronef (« pushback » en langue anglaise) au voisinage de l'aérogare, durant laquelle, l'aéronef évolue principalement en marche arrière.

Contexte de l'invention et problème posé

De façon usuelle, lorsque cette phase de repoussage est nécessaire, les

aéronefs sont poussés par des véhicules adaptés qui leur transmettent une poussée au niveau des roues. C'est particulièrement le cas d'aéronefs commerciaux, par exemple des appareils utilisant comme propulseurs des turboréacteurs ou turbopropulseurs, et qui sont stationnés face à l'aérogare, sans possibilité d'utiliser les moteurs principaux pour se déplacer.

   On comprend que l'utilisation de véhicules tracteurs spécialisés se traduit pour les exploitants de ces aéronefs, en un surcoût dû à la prise en charge de l'amortissement, de la manipulation, et de la maintenance des véhicules. De plus, le recours à un véhicule spécialisé limite naturellement considérablement l'autonomie de déplacement de l'aéronef au sol.

   Il est déjà connu, notamment par les demandes de brevets FR 2 930 759 et FR 2 930 760, de disposer des moteurs au niveau de certains trains de roues, de manière à conférer à l'aéronef une autonomie de roulage au sol, dite "taxi autonome". Dans ces deux documents, une micro-turbine est installée au niveau d'un train de roues, et un dispositif d'entraînement des roues par ces turbines est prévu.

   Une autre disposition est proposée par la demande de brevet UK XA3042 qui décrit un dispositif comportant un moteur électrique ou hydraulique disposé au niveau du train avant d'un aéronef. La puissance électrique nécessaire est générée par le générateur auxiliaire de puissance (APU) de l'aéronef.

5 10 15 20 25 30


Page 02 of 5

2 De tels dispositifs permettraient à l'aéronef d'évoluer au sol, contrôlé depuis le poste de pilotage, sans utiliser ses moteurs principaux, et sans avoir recours à un véhicule de tractage spécialisé.

   De façon usuelle, au voisinage de l'aérogare, l'espace peut être restreint, et encombré par de nombreux acteurs : véhicules, aéronefs, et personnels au sol.

   Or, la visibilité depuis la cabine de pilotage de la plupart des aéronefs commerciaux est très limitée. En particulier, il est impossible de voir sans dispositif d'assistance spécifique l'arrière de l'aéronef ou encore toute la zone proche du fuselage.

   Pour contrôler l'aéronef en toute sécurité, en particulier durant la phase de repoussage, le pilote doit donc être assisté soit techniquement, grâce à des capteurs et dispositifs de vidéosurveillance, soit grâce à une assi...