Dismiss
InnovationQ will be updated on Sunday, Oct. 22, from 10am ET - noon. You may experience brief service interruptions during that time.
Browse Prior Art Database

Inertage de flacons

IP.com Disclosure Number: IPCOM000249724D
Publication Date: 2017-Mar-28
Document File: 5 page(s) / 78K

Publishing Venue

The IP.com Prior Art Database

This text was extracted from a Microsoft Word document.
At least one non-text object (such as an image or picture) has been suppressed.
This is the abbreviated version, containing approximately 44% of the total text.

Inertage de flacons

On s’intéresse  dans ce qui suit au domaine de l’inertage de flacons, notamment de flacons de parfum.

L’inertage qualité est bien connu,  il est mis en oeuvre pour la protection de produits sensibles à l’oxydation. L’objectif est de maintenir le ciel gazeux des flacons ou récipients dans lesquels sont stockés les produits sensibles à des teneurs basses en oxygène, souvent inférieures ou égales au pourcent.

Inerter un ciel gazeux est commun et fréquent dans de nombreuses applications, notamment  alimentaires,  mais maintenir une atmosphère contrôlée pendant les phases de « soutirage » ou de prélèvement de produit, requiert une certaine  technicité  puisque cela demande une injection de gaz pour compenser en volume la quantité de produit prélevé et éviter les entrées d’air qui viendraient polluer l’atmosphère.

On peut citer l’exemple de flacons de parfum où les flacons sont raccordés à des pompes qui prélèvent de petites quantités de produit à la demande.

Il est donc nécessaire de pouvoir compenser automatiquement les volumes prélevés,  en maintenant une atmosphère inerte dans l’espace de tête de chaque flacon ou estagnon, pendant toute la période de stockage.

On propose dans ce qui suit d’utiliser  un caisson de conditionnement sous atmosphère dépourvue d’oxygène et d’humidité, déjà connu  et utilisé avec succès pour le stockage de composants électroniques.

Actuellement les estagnons de parfum sont stockés dans des armoires compartimentées, chaque estagnon est raccordé à une pompe de prélèvement et à une injection de gaz inerte.

A chaque opération de prélèvement, une injection de gaz est réalisée. Le gaz utilisé pour l’inertage est actuellement de l’argon, utilisé ici pour ses caractéristiques physiques  de  gaz inerte et plus lourd que l’air.

Entrons dans le détail  de l’installation actuelle : Les estagnons sont donc stockés dans des armoires compartimentées et sous une atmosphère d’air. Ces récipients sont alors reliés par des tuyauteries flexibles de type Rilsan à des pompes de prélèvement d’une part et à une source d’argon d’autre part.

Les prélèvements de produit ne se font pas en continu mais par prélèvement successifs, ce qui demande une gestion de l’injection d’argon asservie au pompage de produits afin de compenser le volume soutiré.

Dans sa configuration actuelle l’installation ne peut dès lors pas assurer un inertage satisfaisant du produit, car   la quantité d’argon injectée après chaque prélèvement n’est pas suffisante.

De par son poids spécifique l’argon devrait pouvoir faire une couverture en surface du produit pour protéger ce dernier de l’oxygène contenu dans l’air ambiant, mais il faut alors assurer un débit et une vitesse d’injection convenable afin de procéder à un inertage de type « inertage par effet piston ».  En effet, avec une vitesse tro...