Browse Prior Art Database

Rampe d'injection pivotante pour cellule de surgélation

IP.com Disclosure Number: IPCOM000249944D
Publication Date: 2017-May-05
Document File: 6 page(s) / 504K

Publishing Venue

The IP.com Prior Art Database

This text was extracted from a Microsoft Word document.
At least one non-text object (such as an image or picture) has been suppressed.
This is the abbreviated version, containing approximately 52% of the total text.

Rampe d'injection pivotante pour cellule de surgélation

Les cellules de surgélation cryogéniques ne refroidissent pas de façon parfaitement homogène les aliments, selon leur positionnement sur le chariot.

On propose dans ce qui suit un nouveau système d’injection, basé sur un tube d’alimentation rotatif– qui permet de refroidir les produits sans écart de température entre ces derniers.

En effet,  les cellules existantes disposent généralement d’une ou plusieurs rampes verticales, munies d’injecteurs. Ceux-ci dispersent le cryogène, par exemple l’azote liquide, qui va se vaporiser au contact des aliments. Des hélices brassent ce flux gazeux à l’intérieur de l’enceinte. L’inconvénient est que les produits les plus proches des rampes reçoivent des flux de transfert thermique plus élevés que ceux éloignés de ces rampes. De surcroit, une ventilation mal maîtrisée peut accentuer ces écarts de transfert en poussant les gaz dans une seule zone, au détriment d’autres, où les produits seront plus chauds. Pour pallier à ce défaut, les utilisateurs laissent généralement leurs produits refroidir plus longtemps dans la cellule, de façon à ce que le plus chaud d’entre eux soit à la température désirée. Ce qui engendre généralement un sur-refroidissement des produits les mieux situés, avec une surconsommation de liquide cryogénique à la clé.

On propose  donc dans ce qui  suit une solution comprenant une rampe d’injection verticale, placée sensiblement au milieu de la cellule. Cette rampe est fixée via un raccord tournant sur la tuyauterie d’alimentation (dioxyde de carbone liquide ou azote liquide typiquement), et connaît un mouvement de rotation de l’ordre de 3 à 6 tours par mn.

Le charriot est préférentiellement circulaire, avec une échancrure (de longueur égale au rayon du cercle que constitue la clayette et de largeur le diamètre du tube vertical central) sur chaque clayette pour que la rampe d’injection se positionne en son centre.

Trois variantes concernant la forme de la rampe d’injection sont décrites  ci-dessous.

            A/ Option 1

Figure 1 : option 1

On propose  des tubes horizontaux percés, ramifiés au tube vertical central, un tube horizontal au-dessus de chaque clayette. Le charriot est fixe, c’est la rampe qui effectue un mouvement de rotation. Ainsi, le liquide cryogénique - sortant des trous percés sur les tubes horizontaux – est projeté uniformément sur toute la surface, et à chaque clayette. Pour que le dé...